Quel est le niveau d’engagement des collaborateurs en France en 2022, à la suite de la crise Covid-19 ?

Après 2 années de crise Covid-19 et des habitudes de travail profondément bouleversées, Bodet Software a souhaité en savoir plus sur l’engagement des collaborateurs français. Ainsi, l’enquête Baromètre RH 2022 menée par Bodet Software / L’Usine Nouvelle auprès de 1 031 salariés français* révèle que la crise sanitaire a eu un impact fort sur l’engagement et les attentes des collaborateurs vis-à-vis de leur entreprise. L’intérêt des missions, l’aspect relationnel et la reconnaissance contribuent fortement à l’engagement des collaborateurs des entreprises interrogées. L’enquête révèle également que ces aspects pourraient encore être optimisés, afin de fidéliser leurs talents.

Un bon niveau d’engagement des salariés interrogés malgré la crise sanitaire

L’enquête révèle un bon niveau d’engagement des collaborateurs interrogés. Les répondants attribuent une note moyenne de 8,0/10 au niveau de leur engagement dans leur entreprise.

D’ailleurs, 29% constatent une hausse de l’engagement dans leur entreprise (en particulier ceux du secteur de la finance, assurance et immobilier et des ETI) et 40% estiment qu’il est resté stable. En revanche, 1 quart pense qu’il a baissé depuis le début de la crise sanitaire.

Un engagement favorisé par le déploiement du télétravail et le sens au travail

Parmi ceux estimant que l’engagement des collaborateurs a augmenté, 42% pensent que cette hausse est due au déploiement du télétravail favorisant l’agilité dans le travail (en particulier pour les femmes), ce qui révèle que les conditions de travail et le bien-être des salariés jouent un rôle important dans l’engagement des collaborateurs. Le changement de rythme de travail est également cité mais de manière plus minoritaire. Par ailleurs, l’intérêt et le sens des missions arrivent en 2ème position (34%) parmi les raisons les plus mentionnées, suivi des valeurs portées par l’entreprise durant la crise (ex : dons, actions envers les salariés…) à 26%.

En revanche, 26% des collaborateurs interrogés mentionnent une baisse de leur engagement. Parmi les raisons explicatives, on retrouve le manque de repères et de sens dans les missions (29%), le manque d’accompagnement de la part du manager, des ressources humaines et de la direction (25%), ainsi que du manque de valeurs portées par l’entreprise (22%). D’autres raisons sont évoquées de manière plus minoritaire, comme la désorganisation de l’entreprise ou d’un service lié à la crise et le déploiement du télétravail qui a engendré de l’isolement de certains collaborateurs.

On retiendra ainsi la question centrale du sens au travail, que ce soit au niveau de l’intérêt des missions ou des valeurs de l’entreprises, qui affecte symétriquement l’engagement ou le désengagement.

Pourtant, les décideurs RH constatent une forte hausse des départs depuis la crise

Depuis le début de la crise sanitaire, près des 3 quarts des décideurs des ressources humaines (71%° constatent une hausse des départs dans leur entreprise, signe que cette période a eu un impact fort sur l’engagement et les attentes des collaborateurs vis-à-vis de leur entreprise.

Les professionnels des RH et managers qui ont été particulièrement mis à contribution depuis le début de la crise, auront là-encore un rôle clef à jouer pour fidéliser des talents et apaiser les tensions.


Quels sont désormais les leviers pour réengager ses collaborateurs en 2022 ? Découvrez la suite des résultats de l’enquête Baromètre RH 2022 Bodet Software / L’Usine Nouvelle dans le prochain article …

* “L’engagement des collaborateurs” : une enquête Bodet Software / L’Usine Nouvelle, réalisée par Infopro Digital, du 14 mars au 3 avril 2022

Cette étude s’appuie sur les réponses de 1031 professionnels issus des secteurs de l’Industrie, de la Finance, Assurance, Immobilier, des Services aux entreprises, de la Construction, du Commerce, de l’Information et de la communication, des Transports, de la Santé, de l’Hébergement médico-social, action sociale, de l’Hébergement et restauration, de l’Enseignement et des Services aux ménages. 58% exercent des fonctions de management quand 42% n’ont pas de missions d’encadrement. Parmi les entreprises représentées : 39% de TPE/PME / 36% d’ETI / 24% de Grandes Entreprises.